lundi 7 mars 2016

Transféminismes

Cahiers de la Transidentité N° 5 : Transféminismes



Comment se nourrir sans s’approprier, comment relayer sans usurper, comment s’allier avec justesse dans un monde où les rapports de pouvoir nous marquent, dans nos confiances et nos méfiances, et où nous devons quotidiennement faire face à ceux qui veulent nous faire taire et nous diviser ? Les sphères universitaires françaises, dans leurs fonctionnements et dans leurs intentions, ont généré craintes et méfiances chez une bonne partie des militant.e.s non-universitaires tout comme au sein de groupes sociaux qu'elles « étudient ». Si elles ne veulent pas accentuer ces mécanismes, il est de leur responsabilité d'avancer vers celles et ceux qu'elles ont déçus, et parfois volés.

Car ailleurs, on n'attend pas. Du côté des trans, des personnes racisées, des travailleuses du sexe, des migrant.e.s et de tou.te.s les laissé.es pour compte du monde universitaire et du féminisme mainstream, on s'organise. Des voix s'élèvent, via blogs et réseaux sociaux, via manifestations et supports écrits et audiovisuels, via actions concrètes de solidarité et affirmation de discours réellement situés... Celles et ceux qui n'ont pas accès aux sphères de pouvoir et à la reconnaissance médiatique créent leurs propres outils et construisent des solidarités en se passant très bien d'une quelconque validation « officielle ».

Le transféminisme se construit, l'Afro-féminisme s’affirme, les travailleuses du sexe prennent la rue et les femmes voilées la parole. Les nouveaux féminismes sont déjà en marche, ainsi que les nouvelles complicités et solidarités... Si l'université et la militance traditionnelle ne veulent pas être rapidement dépassées, il est plus que jamais temps qu'elles prennent en compte ces dynamiques qui s'affirment et qu'elles apprennent à partager la parole et la visibilité, et à laisser la place là où c'est nécessaire...

Le travail qui est présenté dans cet ouvrage, avec ses manquements et ses imperfections, veut aller dans ce sens et nourrir des réflexions en s'éloignant des cloisonnements habituels...



Sommaire :

Introduction, P. Porchat, T. Ayouch, p. 17
Entretien avec L’Écho des sorcières, p. 21
Transféminisme à la française, N. B. Grüsig, p. 29
Le renouveau transféministe, A. Alessandrin, p. 49
Transféminisme ou postféminisme ?, M.-Y. Thomas, p. 55
Notes pour une technologie Transféministe, L. Rojas, p. 65
Qui a peur du transféminisme ?, Genres Pluriels, p. 75

Autour du trans-féminisme :

Femonationalisme, R. Gharaibeh, p. 83
Féminisme(s) et littérature marocaine, J. Zaganiaris, p. 91
Autour de The Empire Strykes Back, K. Espineira, p. 115

Conclusion :

TransRévolution Réflexions, MH/S. Bourcier, p. 125


Passages :

La fierté des damnés de la terre, J.-M. Gaillard, p. 133
Rachele in sex land, R. Borghi, p. 139
Entretien avec l’association Chrysalide, p. 145
Sissies imperator, D. Roth Bettoni, p. 159
Notes de lecture(s), G. Clamens, p. 169


-----

TRANSFÉMINISMES

Cahiers de la transidentité N° 5
Sous la direction de Maud-Yeuse Thomas, Noomi B. Grüsig, Karine Espineira
 


Décliné au pluriel, le transféminisme dans le contexte français est avant tout le fait de personnes qui s'allient plus que des mouvements s'alliant. Plus le fait de militantes que d'une théorisation d'universitaires. À ce titre, cet ouvrage explore ces différentes approches et sollicite des auteur.e.s de et du terrain aussi bien que des descriptions et des théorisations venues d'Espagne, d'Italie, de Belgique, du Maroc, du Brésil et de France.
ISBN : 978-2-343-07014-8 • octobre 2015
 http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=48255


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire